Accueil ACTUALITE Les rémunérations des ministres réduites en Tunisie
Les rémunérations des ministres réduites en Tunisie
Le nouveau Premier ministre tunisien Youssef Chahed répond aux questions des journalistes au palais présidentiel à Tunis, 3 août 2016.

Les rémunérations des ministres réduites en Tunisie

Selon le nouveau Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, la décision a été prise par « solidarité avec la Tunisie » dont l’économie est en difficulté.

La réduction des rémunérations concerne l’ensemble des ministres, indique une décision de M. Chahed annoncée vendredi.

Cette baisse « des primes et privilèges » et de la quantité de carburant allouée équivaut à 1.000 dinars par mois — 400 euros — pour chaque ministre et secrétaire d’Etat (une quarantaine en tout), a indiqué l’exécutif dans un communiqué.

Cette mesure a été approuvée par l’ensemble du cabinet « dans le cadre de la solidarité des membres du gouvernement d’union nationale avec la Tunisie », poursuit-il.

Cette baisse des rémunérations doit entrer en vigueur « immédiatement » et concernera aussi M. Chahed, a précisé l’un de ses proches à l’AFP.

Le nouveau gouvernement a pris ses fonctions fin août. Son chef a appelé à la mobilisation et prédit des « sacrifices » à venir face aux lourds défis économiques et sociaux du pays, en difficulté depuis la révolution qui a emporté la dictature de Zine El Abidine Ben Ali en 2011.

Le taux de chômage reste très élevé, plus de 15%, surtout chez les jeunes, et la croissance n’a été que de 0,8% en 2015.

« Si rien ne change d’ici 2017, nous procèderons à une politique d’austérité », a prévenu M. Chahed.

Plus jeune chef de gouvernement tunisien depuis l’indépendance en 1956, il a aussi indiqué devant le Parlement que ses ministres publieraient une déclaration de patrimoine.

Selon une source proche de M. Chahed, cette publication doit intervenir en milieu de semaine prochaine.

VOA avec AFP

A propos de echos du mayombe

Photo du profil de echos du mayombe
Site d'informations consacrées à l'actualité économique et financière africaine.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*