Accueil ECONOMIE Finance Le Franc congolais s’apprécie sur le marché parallèle: Grâce à la mise en œuvre des mesures budgétaires et monétaires
Le Franc congolais s’apprécie sur le marché parallèle: Grâce à la mise en œuvre des mesures budgétaires et monétaires

Le Franc congolais s’apprécie sur le marché parallèle: Grâce à la mise en œuvre des mesures budgétaires et monétaires

Au 06 octobre dernier, la quarante-deuxième réunion de l’exercice 2016 consacrée au suivi de la situation économique, financière et sociale du pays enregistre une appréciation de 0,50% du Franc congolais sur le marché parallèle. Et ce, contre une légère dépréciation de 1,68% à l’interbancaire. Comparés aux dépréciations respectives de la semaine écoulée, 27,1% et 13,8%, il y a lieu de souligner que c’est grâce à la mise en œuvre dès la semaine dernière des instruments aussi bien de politique budgétaire que monétaire que ces résultats ont été atteints.

Le Premier ministre Matata Ponyo a présidé, hier lundi 10 octobre 2016 à l’Hôtel du Gouvernement, la quarante-deuxième réunion de l’exercice 2016 consacrée au suivi de la situation économique, financière et sociale du pays. Et ce, en présence du ministre d’Etat, ministre du Budget ; Le ministre de l’Economie nationale, le ministre des Finances, le Gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC) et le Directeur de cabinet du Premier ministre, rapporteur. Au menu, trois points ci-après ont été traités au cours de la réunion. Il s’agit de l’évaluation des recommandations de la réunion du 03 octobre 2016, la synthèse de la situation économique et financière internationale et nationale au 07 octobre 2016  et les dossiers spécifiques.

Abordant le premier point relatif à la synthèse de la situation économique et financière internationale et nationale au 07 octobre 2016, la Troïka stratégique a constaté qu’au niveau international, le Fonds monétaire international (FMI) a publié les perspectives de l’économie mondiale qui projettent une baisse de la croissance économique globale de 0,1 point en 2016 et 2017. Cette révision est consécutive à la dégradation des perspectives économiques dans les pays avancés. Par ailleurs, le Bureau national de statistiques du Nigéria a publié des prévisions qui renseignent que la croissance dans ce pays pourrait s’établir à -1,3% en 2016, contre une estimation de -1,7% des services du FMI.

Sur le marché des métaux, après deux semaines consécutives de hausse du prix du cuivre, la tendance s’est inversée au 06 octobre ; le cours du métal rouge ayant perdu 0,35% de sa valeur. En effet, le prix à la tonne métrique est passé de 4.807,00 USD à 4.790,00 USD. De même que le cours de l’or est demeuré dans la phase baissière entamée il y a deux semaines. Au 06 octobre, l’once d’or s’est vendu à 1.265,50 USD contre 1.320,85 USD, soit une baisse de 4,19%. Pour ce qui est prix du cobalt, il a enregistré une légère hausse de 0,39% passant de 28.035,32 USD à 28.145,7 USD.

Le prix du pétrole brut continue l’élan de hausse commencé deux semaines plus tôt. Au 06 octobre, il a été enregistré des hausses de 7,46% et de 3,18% respectivement sur les marchés de Londres et de New-York, où le baril s’est vendu à 52,62 USD et  49,57 USD contre 48,96 USD et 48,04 USD la semaine précédente. S’agissant des produits agricoles, leurs prix sont en hausse, à l’exception de celui du blé pour lequel il est noté une légère baisse après l’importante hausse connue une semaine avant. Au 06 octobre, la situation sur ce marché se présentait comme suit : a) 121,18 USD/tonne (+3,42%) pour le maïs ; b)  10 ,11 USD/tonne (+3,48%) pour le riz, et c) 395,75 USD/tonne (-0,81%) pour le blé.

Une croissance supérieure à la moyenne africaine

Au plan national, il sied de faire remarquer que malgré la révision à la baisse, les prévisions de la croissance économique en 2016 demeurent supérieures à la moyenne de l’Afrique subsaharienne, soit de 4,3% contre 3,6%. Ainsi, la Troïka stratégique a insisté pour une meilleure coordination des politiques en vue de maintenir ou au mieux améliorer ce niveau. En effet, le baromètre de  la conjoncture économique indique un solde brut d’opinions négatif de 4,8% en septembre 2016, attestant de pessimisme des chefs d’entreprise. Cette situation est d’autant plus préoccupante que comparée au solde du mois d’août (-1,9%), on remarque que le manque de confiance s’est observé sur toutes les branches de l’activité économique.

Notons qu’au courant de la semaine du 26 septembre, les principaux indicateurs macroéconomiques s’étaient comportés comme suit : Le taux d’inflation hebdomadaire est à 0,244% (-0,079 point). En cumul, l’inflation a atteint 3,584%. Les projections du taux d’inflation en annualisé se situent  à 4,684% pour un objectif de 4,2%. De même, le Franc congolais s’est apprécié de 0,50% sur le marché parallèle, contre une légère dépréciation de 1,68% à l’interbancaire. Comparés aux dépréciations respectives de la semaine écoulée, 27,1% et 13,8%, il y a lieu de souligner que c’est grâce à la mise en œuvre dès la semaine dernière des instruments aussi bien de politique budgétaire que monétaire que ces résultats ont été atteints. Ainsi, au 06 octobre, le taux de change du franc congolais par rapport au dollar des Etats-Unis était de 1.191,00 CDF/USD et 1.073,73 CDF/USD, contre 1.197,00 CDF/USD et 1.056,00 CDF/USD une semaine avant.

De leur côté, les réserves internationales, au 30 septembre 2016, ont baissé de 67,97 millions USD, passant de 996,21 millions USD à 928,24 millions USD, et couvrent 4,10 semaines d’importations des biens et services. Le taux directeur de la Banque centrale du Congo, est à 7%, induisant une marge de positivité de 3,135 points. Le solde mensuel du compte général du trésor pour le mois de septembre est déficitaire de 81,264 milliards CDF, contre un niveau de 105,212 milliards CDF enregistré la semaine écoulée. Ce déficit est tributaire des recettes de 257,293 milliards CDF et des dépenses de 338,557 milliards CDF. Au 07 octobre, le compte général est également déficitaire de 45,544 milliards CDF, provenant des recettes de 13,946 milliards CDF et des dépenses de 59,490 milliards CDF.

Anticiper la spéculation

Au sujet de la paie, disons que celle du mois de septembre 2016, lancée le 15 du mois, est quasiment clôturée sur l’ensemble du pays, hormis quelques cas litigieux en cours de traitement. Pour celle du mois d’octobre, les travaux de mise à jour trimestrielle sont en cours de finalisation, notamment pour la prise en compte des agents non-payés identifiés au cours des missions de contrôle diligentées par le Ministère du Budget.

Quant à l’approvisionnement du pays en denrées de première nécessité, soulignons que dans l’objectif notamment d’éviter les spéculations sur les denrées de première nécessité à l’approche des festivités de fin d’année, la Troïka stratégique a chargé le ministre de l’Economie nationale de préparer quelques dispositions à mettre en place immédiatement, après approbation au cours de la prochaine réunion.

JMNK

L’Avenir

A propos de echos du mayombe

Photo du profil de echos du mayombe
Site d'informations consacrées à l'actualité économique et financière africaine.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*