Accueil SOCIETE EEnquête internationale : Maurice aurait blanchi des millions de la famille Nguesso
EEnquête internationale : Maurice aurait blanchi des millions de la famille Nguesso

EEnquête internationale : Maurice aurait blanchi des millions de la famille Nguesso

Temps difficiles pour le président congolais Denis Sassou Nguesso. Sa fille et son gendre, Julienne Nguesso et Guy Johnson, ont été mis en examen par la justice française. Ils sont soupçonnés d’avoir blanchi et détourné plusieurs dizaines de millions d’euros des fonds publics congolais. En mars déjà, le neveu du président, Wilfrid Nguesso, avait été mis en examen pour les mêmes faits par les juges d’instruction parisiens.

Selon l’enquête des autorités françaises, cet argent aurait servi à l’enrichissement personnel du clan Nguesso. Maurice est soupçonné d’avoir été utilisé comme planque pour dissimuler une bonne partie de l’argent. D’après les investigations, ces dizaines de millions d’euros proviendraient d’entités publiques du Congo-Brazzaville.

Les comptes de sociétés offshore utilisés

Depuis 2007, les comptes des sociétés offshore enregistrées à Maurice et aux Seychelles, voire dans une moindre mesure Hong Kong, auraient servi à blanchir l’argent pour permettre à certains membres influents du clan présidentiel de vivre la belle vie. « Propriétés dans les beaux quartiers de la capitale, dépenses démesurées, voitures de luxe : depuis 2010, des magistrats financiers tentent de déterminer si les fortunes de trois familles présidentielles, celles de Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) de Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale) et de feu Omar Bongo (Gabon), ont pu être bâties sur le territoire national grâce aux deniers publics détournés de ces pays », explique le journal Libération en début de semaine.

Ce qui a éveillé les soupçons des enquêteurs, c’est que Julienne Nguesso, âgée de 50 ans et agent d’assurance, ainsi que son époux Guy Johnson, un juriste de 53 ans, avaient acheté un hôtel particulier à Neuilly-sur-Seine, banlieue huppée de Paris. L’investissement pour l’achat était de trois millions d’euros (Rs 120 millions) et des travaux avaient été réalisés entre 2007 et 2011 pour la somme de 5,34 millions d’euros (Rs 213 millions). Le bien a été saisi à titre conservatoire.

Le gendre du président aurait été actionnaire d’une compagnie qui a acquis un autre hôtel particulier pour la coquette somme de 19 millions d’euros (Rs 760 millions) dans le 8e arrondissement de Paris en 2007.

Libération cite aussi Jean-Marie Viala, avocat du président congolais, qui a déposé plainte en France et qui déclare que les pièces de l’enquête visant ses proches « ne sont pas conformes à la réalité ».

Patrick Hilbert

Defimedia.info

A propos de echos du mayombe

Site d'informations consacrées à l'actualité économique et financière africaine.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*