Accueil CULTURE-SPORT Cameroun : Le gouvernement répond au président de la CAF
Cameroun : Le gouvernement répond au président de la CAF
Ahmad Ahmad, le nouveau président de la CAF

Cameroun : Le gouvernement répond au président de la CAF

Suite aux déclarations du président de la Confédération africaine de football (CAF) qui estime qu’aucun site n’est prêt pour accueillir la CAN 2019 au Cameroun, le ministre des Sports a lancé un appel à la fibre patriotique du peuple pour se mettre debout contre l’instance africaine de football.

Le président de la fédération camerounaise de football (FECAFOOT), Tombi À ROKO a publié une lettre ouverte pour démontrer le complot du Malgache contre le Cameroun. « Il est particulièrement curieux que les réformes récentes opérées dans l’organisation de la CAN, s’appliquent immédiatement à la CAN 2019. Comme d’habitude, après les puissances étrangères et les institutions internationales du monde entier, c’est la CAF qui veut déstabiliser le Cameroun », explique-t-il.

Selon le quotidien camerounais MUTATIONS du mardi, l’État du Cameroun a déjà déclenché la guerre en allant sceller les bureaux de la CAF à Yaoundé, immédiatement et sans préavis. Si la CAF réagit en déclarant ne plus reconnaître la FECAFOOT qui est pilotée par un président non reconnu par le tribunal arbitral de sports (TAS) et imposé illégalement par les ministres  des Sports, vont prendre les armes contre Madagascar qu’ils sabotent sur les antennes des radios et télévisions publiques.

Les dirigeants Camerounais brandissent la CAN féminine comme un exemple de réussite. Or, elle n’a pu se tenir du 8 au 22 octobre 2016 parce que le stade de Yaoundé n’étaient pas prêt. Celui de Limbé avait des problèmes d’ adduction d’eau et d’ électrification. Les voix d’accès et les parkings étaient inachevés. Issa HAYATOU a donc reporté cette CAN féminine au 19 novembre 2016, à la demande de l’ État camerounais qui prétextait que le stade de Limbé serait impraticable en saison des pluies.

Pourtant, quand le Cameroun posait sa candidature, il s’était engagé à construire un stade couvert, en prévision des conditions météorologiques. Mais jusqu’à présent, ce petit stade n’est toujours pas couvert, et les travaux sont déclarés achevés.

Par contre, la CAN des moins de 17 ans qui était prévue à Madagascar du 2 au 16 avril 2017, a été retirée par la CAF en janvier 2017, alors que toutes les missions d’inspections envoyées dans ce pays n’avaient révélé aucun retard sur le déroulement des travaux. Mais, c’est au moment où Ahmad AHMAD annonce sa candidature à la présidence de la CAF qu’Issa HAYATOU improvise une autre inspection.

Bien que toutes les infrastructures soient prêtes avec des stades dotés de pelouses impeccables, Issa HAYATOU s’était accroché sur les vestiaires du stade de Mahasina qui nécessitaient à peine deux jours de travaux. Il exigea le retrait de la CAN à un pays de 24 millions d’habitants, plus grand que le Cameroun, avec sa superficie de 587 042 km2, pour la réattribuer au Gabon qui venait d’organiser deux CAN. Plus grave, il reporta cette CAN des moins de 17 ans au mois de juillet 2017. Madagascar fut disqualifié.

Se rend-on compte d’une si grande injustice envers ce pays dont le chef de l’État s’était personnellement impliqué avec tout son peuple pour accueillir pour la première fois une mini-CAN ? Pourquoi retirer une CAN à cause d’un vestiaire à un des quatre pays de l’océan indien affiliés à la CAF qui n’ont jamais organisé la CAN ?
Ceux qui parlent de complot contre le Cameroun peuvent-ils expliquer pourquoi depuis 35 ans le gouvernement BIYA n’a pas rénové les stades que le Président AHIDJO avait construits pour la CAN de 1972 ? Va-t-on aussi construire les routes et les aéroports en 18 mois?

Africtelegraph

A propos de echos du mayombe

Site d'informations consacrées à l'actualité économique et financière africaine.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*