Accueil ENTREPRISE Au Cameroun, MTN et Orange se livrent une guerre commerciale farouche sur le marché du mobile money
Au Cameroun, MTN et Orange se livrent une guerre commerciale farouche sur le marché du mobile money

Au Cameroun, MTN et Orange se livrent une guerre commerciale farouche sur le marché du mobile money

Avec une base clientèle aujourd’hui estimée à 5,4 millions de personnes, dont 2,8 millions pour Orange et 2,6 millions pour son concurrent MTN, le marché du mobile Money au Cameroun est certes en pleine expansion, mais demeure embryonnaire, comparé à des pays comme le Kenya. Encouragés par l’adhésion rapide des populations à ce service, et par un taux de pénétration de la téléphonie qui culmine à 75%, les deux leaders du marché du mobile au Cameroun se livrent depuis quelque temps une véritable bataille de positionnement sur ce segment du marché des télécoms.

Le 6 décembre 2016, dans un hôtel de la capitale transformé en une sorte de station spatiale, le temps d’une cérémonie, Orange Cameroun a officiellement lancé sa carte Visa Orange Money. Ce moyen de paiement qualifié de «révolutionnaire» par ses promoteurs, permet désormais aux abonnés de la filiale camerounaise du groupe Orange d’effectuer des retraits de fonds sur leurs comptes Orange Money, à partir des distributeurs du réseau Visa disséminés dans le pays.

Dans une manière de réponse du berger à la bergère, MTN Cameroun, le concurrent, vient de lancer un service de transfert d’argent vers 25 pays sur le continent africain. «Finies les files d’attente interminables et les longues heures dans les transports. Avec MTN Mobile Money, vous pouvez désormais envoyer de l’argent vers 25 pays en Afrique à partir de votre compte MTN Mobile Money», annonce la filiale camerounaise du groupe télécoms sud-africain MTN International.

Dans cette guerre commerciale autour du mobile money, les deux opérateurs se sont également lancés à la conquête des partenariats avec des institutions bancaires, afin d’offrir à leurs abonnés au service de banque mobile, la possibilité d’effectuer des transactions des comptes bancaires vers les comptes mobiles, et vice versa. C’est ainsi qu’en 2015, Orange Cameroun est entré en partenariat avec Ecobank, pendant que MTN et Afriland First Bank lançaient le Mobile Account Connected (MAC). Depuis quelques semaines, a-t-on appris de bonnes sources, Orange s’est également connecté à ce service, devenant ainsi le premier opérateur à bénéficier de deux réseaux bancaires lui permettant de connecter ses comptes mobiles à des comptes bancaires.

12 milliards de FCfa de transactions…

Dans les rues du pays, cette concurrence sur le mobile money est encore plus rude : MTN et Orange ont démocratisé la commercialisation du produit. Plus besoin d’être un partenaire privilégié pour vendre le mobile money. L’emblème annonçant la disponibilité du produit est désormais visible jusqu’à sous les parapluies des tenanciers de call-boxes. Dans le même temps, un nombre sans cesse croissant des stations-services du pays carbure également au service mobile money.

Ce maillage du territoire national est tel que l’opérateur Orange Cameroun revendique de nos jours 3600 points de vente à travers le pays. Un réseau qui ne cesse de se densifier, et sur lequel a circulé la bagatelle de 12 milliards de francs Cfa depuis 2011. Contre des prévisions initiales de seulement 2 milliards de francs Cfa, révèle Stéphane Huret, le directeur central de la BICEC, le partenaire bancaire du service Orange money.

Au demeurant, s’ils se satisfont de nombreux avantages que leur offre déjà le mobile money en matière de payement de facture, de transfert d’argent, d’achat en ligne, etc., les consommateurs camerounais ne sont pas encore logés à la même enseigne que ceux d’Afrique de l’Ouest et de l’Est. Dans certains pays de ces régions africaines, les dépôts sur les comptes mobiles sont non seulement rémunérés, mais aussi permettent d’octroyer des crédits aux populations.

Brice R. Mbodiam

Investir au Cameroun

A propos de echos du mayombe

Site d'informations consacrées à l'actualité économique et financière africaine.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*